Peuple d’Hewa

Province d’Hela de la Papouasie-Nouvelle-Guinée

 

Les Hewa partagent leurs terres entre les Hauts-Plateaux du Sud et la Province d’Enga.

Les Hewa ont été l’un des derniers peuples de la Papouasie-Nouvelle-Guinée à entrer en contact avec le monde extérieur. Beaucoup furent encore isolés jusqu’en 1975, lorsque la dernière patrouille australienne “First Contact Patrol” est arrivée dans la région. Apportant des haches en acier aux personnes utilisant encore des haches de pierre. Quelques endroits de la région forestière escarpée d’Hewa étaient encore inexplorés jusqu’en 2008.

Plus

Bien que vivant dans les Highlands, la langue Hewa appartient à la famille du Sepik, et leur culture est très différente des autres Highlanders. La majorité d’entre eux vivent encore dans des ménages dispersés, dans un relatif isolement par rapport aux autres familles. Cependant, avec l’influence du monde moderne, beaucoup de gens vivent maintenant dans des villages.

Pour les occasions spéciales, les Hewa peignent leurs visages en noir, couvrent leurs corps d’argile et de boue et mettent une coquille ronde ou des défenses de sanglier par le nez. Ils exécutent également une danse spéciale de guerrier en utilisant des arcs et des flèches.

Les Hewa sont connus pour leur amour des oeufs de poules sauvages (des centaines voire des milliers d’oeufs de volaille sauvages sont recueillis pendant la saison des volailles sauvages). C’est une délicatesse locale appelée «kuka». La saison Kuka est très importante pour les Hewa. Kuka sont les noix d’un arbre spéciales, qui sont toxiques à manger sauf si elles sont correctement préparées. Les noix doivent être bouillies, cassées et l’intérieur doit être trempé dans l’eau pendant un mois pour se débarrasser des toxines. Après ce long processus de préparation, le kuka ressemble à une soupe épaisse avec une odeur fétide très forte.

Les Hewa sont animistes, croyant aux esprits qui les entourent, à la fois bon et mauvais, et qui peuvent contrôler leur vie. Ils construisent leurs huttes avec quelques puits de feu, mais sans fenêtres afin d’empêcher les mauvais esprits d’entrer dans la maison.

Dans la culture traditionnelle Hewa, quand une personne meurt, son corps n’est pas enterré. Au lieu de cela, les gens construisent une petite maison sur pilotis et place le corps à l’intérieur de celle-ci en position assise et le laisse se décomposer. Une fois la chair du cadavre décomposée, les parents brûlent les os dans un grand feu, à l’exception de l’os du crâne et de l’os de la mâchoire. Le crâne est accroché sur le mur dans la maison communale, et l’os de la mâchoire est placé dans un petit sac (bilum). Quand un parent mâle va chasser, il prend ce bilum avec lui, avec la croyance que l’esprit de l’os de la mâchoire permet d’annoncer un danger. Si la vie de l’homme est en danger, l’esprit de l’os de la mâchoire provoque des secousses au bilum ou le rend très lourd. Si le danger est extrême, l’esprit transporte l’homme à un endroit différent pour sa sûreté.

Peuple Chimbu

Peuple Chimbu

Peuples des Hauts Plateaux de l’Est

Peuples des Hauts Plateaux de l’Est

Peuples d’Enga

Peuples d’Enga

Peuple Foi

Peuple Foi

Peuple d’Hewa

Peuple d’Hewa

Peuple Huli

Peuple Huli

Peuple de Kalam

Peuple de Kalam

Peuple Kaluli

Peuple Kaluli

Peuple Maprik

Peuple Maprik

Peuples du Sepik

Peuples du Sepik

Peuple Tambul

Peuple Tambul

Peuples des Hauts Plateaux de l’Ouest et de Jiwaka

Peuples des Hauts Plateaux de l’Ouest et de Jiwaka


close-link

Please leave this field empty.

close-link